HMS Enquêteur (1801)


Le HMS Investigator était le Fram mercantile , lancé en 1795, acheté par la Royal Navy en 1798 et rebaptisé HMS Xenophon , puis en 1801 converti en navire de reconnaissance sous le nom de HMS Investigator . En 1802, sous le commandement de Matthew Flinders , elle fut le premier navire à faire le tour de l’ Australie . La marine l’a vendue en 1810 et elle est revenue au service commercial sous le nom de Xénophon . Elle a probablement été brisée vers 1872.

Contexte

Fram a été construit à Sunderland comme un collier . Elle a opéré sur la côte nord-est de l’Angleterre avant que la Royal Navy l’achète en 1798. Pitcher, de Northfield, l’a réaménagée entre le 27 avril et le 24 mai 1798. Elle s’est ensuite rendue au Deptford Dockyard le 6 août. La marine l’a armée de 22 caronades pour servir de navire d’escorte et l’a rebaptisée HMS Xenophon . [5]

Le commandant George Sayer a commandé Xénophon comme un navire armé pour la mer du Nord. En 1799, il a amené le rebelle irlandais James Napper Tandy et certains de ses associés comme prisonniers d’Etat de Hambourg en Angleterre. [8] Autour de février 1800 Sayer a enlevé à l’ inspecteur de HMS  .

Voyage australien

Sous l’impulsion du naturaliste Sir Joseph Banks , l’ Amirauté décida de lancer une expédition pour cartographier le littoral australien, et d’étudier plus avant la vie végétale et animale de la nouvelle colonie. Le botaniste Robert Brown , l’ artiste botanique Ferdinand Bauer et l’ artiste paysagiste William Westall se sont joints à l’expédition . L’Amirauté a choisi Xénophon pour l’expédition: son ancien rôle mercantile signifiait qu’elle avait un petit projetet beaucoup d’espace pour les approvisionnements, la rendant particulièrement appropriée pour un long voyage exploratoire. D’autre part, elle était en relativement mauvais état et pouvait donc être épargnée du service dans la guerre contre la France .

La marine fit installer Xénophon comme navire de reconnaissance à Sheerness entre novembre 1800 et mars 1801, et rebaptisa son enquêteur . [9] Le réaménagement comprenait la fabrication de cabines supplémentaires pour les scientifiques et l’espace sur le pont pour les spécimens végétaux. [1] L’armement a été réduit à 2 canons longs et 8 caronades (6 12 livres et 2 18 livres), fournissant l’espace de stockage supplémentaire. [7]

Le 19 janvier 1801, la Navy nomma le lieutenant Flinders commandant de l’ Enquêteur et il arriva pour prendre le commandement le 25 janvier. Il écrira plus tard:

L’ Enquêteur était un navire de trois cent trente-quatre tonnes construit dans le nord du pays ; et, dans la forme, ressemblait presque à la description d’un navire recommandé par le capitaine Cook comme mieux calculé pour des voyages de découverte. Elle avait été achetée quelques années auparavant au service de Sa Majesté; et ayant été nouvellement cuivré et réparé, il était considéré comme le meilleur vaisseau qui pouvait, à cette époque, être épargné pour le voyage projeté vers Terra Australis.

-  Matthew Flinders, Livre I, Chapitre I , Un Voyage à Terra Australis

Circumnavigation (6 décembre 1801 – 9 juin 1803)

Le 18 juillet 1801, l’ enquêteur quitte le Spithead pour l’Australie, fait escale au cap de Bonne-Espérance avant de traverser l’océan Indien et aperçoit le cap Leeuwin au large du sud-ouest de l’Australie le 6 décembre 1801. L’expédition avant de commencer une étude de la Great Australian Bight , qui s’étendait sur 2300 kilomètres jusqu’au golfe de Spencer .

Le 21 février 1802, un accident tragique survint lorsqu’une escouade composée du capitaine de navire John Thistle, de l’aspirant William Taylor et de six marins fut perdue lorsqu’un bateau chavirant tenta de regagner le navire au crépuscule dans des eaux agitées. Aucun corps n’a été récupéré. Flinders nomma la pointe Cape Catastrophe , et la zone où il avait ancré Memory Cove .

Entrant dans le golfe, Flinders a sondé Port Lincoln (qu’il a nommé après son comté natal). Travaillant vers l’est, l’ enquêteur a ensuite cartographié l’île Kangourou , la péninsule de Yorke et le golfe Saint-Vincent. Le 8 avril, à Encounter Bay , une rencontre surprise avec Géographe sous Nicolas Baudin était cordiale, les deux navigateurs ignorant que le traité d’Amiens venait d’être signé, et tous deux croyaient que les deux pays étaient encore en guerre.

Voile vers l’ est à travers le détroit de Bass , « chercheur » visité King Island et Port Phillip avant d’ arriver à Port Jackson le 9 mai 1802. chercheur passé les dix prochaines semaines à préparer et a pris à bord 12 hommes nouveaux, y compris un Aborigène nommé Bungaree avec qui Flinders avait navigué sur le sloop Norfolk . Le 22 juillet, l’ enquêteur quitte Port Jackson et navigue vers le nord en compagnie du brick Lady Nelson . Le “Lady Nelson” a navigué mal après avoir perdu ses quilles et Flinders l’a ordonné de retour à Port Jackson [10].

L’enquêteur a étreint la côte est, a traversé la Grande Barrière de corail et a traversé le détroit de Torres (que Flinders avait déjà navigué avec le capitaine William Bligh sur le HMS Providence ). En examinant le golfe de Carpentaria , on a examiné les bois du navire; la remise en état du chantier naval n’avait pas permis de rectifier et de réparer les failles majeures du navire et, comme l’avait révélé le voyage en Australie, elle était en mauvais état: le bois pourrissait et il y avait de graves fuites. Le charpentier du navire a déclaré qu’elle ne durerait pas plus de six mois.

Flinders a navigué vers la colonie néerlandaise au Timor dans l’ espoir de trouver un remplaçant, mais a échoué. À l’heure actuelle, un certain nombre de membres de l’équipage souffraient de nombreuses maladies telles que la dysenterie et le scorbut . Flinders mit fin à l’enquête et revint à Port Jackson «avec toutes les possibilités de navigation, jour et nuit». Cela signifiait abandonner son désir d’une enquête en cours sur les côtes nord et ouest de l’Australie.

Cependant, Flinders acheva la circumnavigation de l’Australie, mais non sans alléger le navire en larguant deux ancres en fer forgé. Ceux-ci ont été trouvés et récupérés en 1973 par des plongeurs à Middle Island, Archipel de la Recherche , Australie-Occidentale . [11] La meilleure ancre de taureau est exposée au musée maritime australien du sud tandis que l’ancre de jet d’eau peut être vue au musée national de l’Australie . [12] [13] [14]

Plus d’informations: HMS Investigator Anchors

L’enquêteur est arrivé à Port Jackson le 9 juin 1803 et, à son retour à Sydney, le gouverneur Philip Gidley King a demandé qu’une visite du navire soit effectuée:

… étant l’état de l’Investigateur jusqu’à présent, nous pensons qu’il est totalement inutile de faire un examen plus approfondi; étant unanimement d’avis qu’elle ne mérite d’être réparée dans aucun pays, et qu’il est impossible dans ce pays de la mettre dans un état propre à aller en mer.

-  Lettre de W. Scott, EH Palmer et Thomas Moore au gouverneur King, du livre II, chapitre X , Un voyage à Terra Australis

Flinders a quitté l’ enquêteur maintenant désaffecté comme une hulk d’entreposage à Port Jackson et a tenté de retourner en Angleterre en tant que passager à bord du HMS Porpoise .

Les années postérieures (1804 – 1810)

En 1804, le gouverneur King de Sydney a ordonné une enquête, qui a conclu que l’ enquêteur pouvait être réparé et remis en service. Le travail consistait à abattre le pont avant et à réaménager le navire en tant que brick , pour la préparer à un autre voyage. En 1804, elle est passée sous le commandement du lieutenant John Houston pour le service local. [9]

Le 23 mai 1805 commandant William Kent a navigué chercheur en Angleterre, [9] portant deux des botanistes de Flinder, Robert Brown et Ferdinand Bauer , et leurs collections. Le navire a enduré plusieurs orages violents en route mais est arrivé en toute sécurité au port de Liverpool.

En novembre 1805, le capitaine Kent reçut l’ordre de reloger l’ enquêteur au port de Plymouth. Le voyage a été difficile malgré sa brièveté. Une fièvre typhoïde était montée à bord alors que le navire était au port, rendant incapables les deux lieutenants, l’aspirant et un tiers de l’équipage. Six autres membres d’équipage ont déserté à Liverpool avant que l’ enquêteur ne parte. Il n’y avait pas de chirurgien ou de médicaments à bord, et le capitaine Kent a remarqué que les provisions dans la cale de l’ enquêteur étaient depuis longtemps «vieilles et mauvaises». [15]

L’Enquêteur a néanmoins été mis à la mer, arrondissant la pointe de Cornwall par de fortes tempêtes. Un coup de vent au large du Lézard emporta la plupart de ses voiles et de gréement et une partie du mât principal. Ne voulant pas risquer d’autres dommages, Kent abandonna le voyage à Portsmouth et amena l’ enquêteur à Falmouth pour y être réparé. Deux membres de l’équipage sont morts de maladie avant que le navire ne soit prêt à retourner en mer. Le 13 novembre, Kent a écrit qu’un “vaisseau fou plus déplorable que l’ Enquêteur n’est peut-être pas visible” dans la Marine. [15]

L’ enquêteuse battue et atteinte de maladie est arrivée dans le port de Plymouth le 21 novembre, où elle a été déclarée non potable. Le 22 décembre, son équipage a été payé et transféré à d’autres navires. En Janvier 1806, le navire lui-même a été retiré du service actif et placé en ordinaire . Deux ans plus tard, elle a été reclassifiée comme une carcasse de prison . [9] Une décision a été prise de la vendre pour la rupture en 1810. Un observateur contemporain l’a appelée, un “navire noble et travailleur qui n’a pas mérité ce destin”. [16] Cependant, elle a été vendue en décembre à un marchand, George Baily pour £ 1,253. [9]

Service commercial (1810-1872)

En propriété privée, l’ Enquêteur a été reconstruit comme un voilier commercial, un brick ou un gréement enneigé et a retrouvé son ancien nom naval Xenophon. Elle a continué à naviguer intensivement autour du globe.

Le tableau ci-dessous détaille les informations de Lloyd’s Register depuis plusieurs années. Dans tous les cas, les données concernent Xénophon , lancé en 1795 à Sunderland. Elle apparaît pour la première fois dans le registre de Lloyd en 1817, année où deux autres Xenophon sont lancés dans le Massachusetts, tous de tailles à peu près similaires, mais les américains sont beaucoup plus jeunes. Dans aucune année suivante dans le tableau ci-dessous est là un deuxième Xénophon répertorié.

An Maîtriser Propriétaire Port d’attache Commerce Remarques
1817 [17] W. Brass R. Gardner Londres – Bermudes
Liverpool – Québec
1820 [18] G. Barber R. Gardner Bristol – Québec
1830 [19] G. Barber R. Gardner Londres – Québec
1840 [6] G. Tate Dobinson N. Shields Boucliers – Amérique
Bristol – Québec
Grande réparation 1839
1850 Non listé dans Lloyd’s Register

Son dernier voyage s’est produit en 1853, quand elle a mis dans le port australien de Geelong le 30 juillet avec une cargaison de bois et d’autres marchandises. [20] Xenophon a continué plus tard à Melbourne , où elle a été vendue et a été convertie en un hulk de stockage. Elle a été réenregistrée à Melbourne en 1861. Un autre changement de propriété s’est produit en 1868 et le registre a été fermé en 1872 avec le commentaire «cassé». [4]

Citations et références

Citations

  1. ^ Aller à:c Essai: Flinders et le voyage de l’enquêteur 1801-1803 , The Flinders papers
  2. Jump up^ [1],les papiers The Flinders
  3. Jump up^ [2],les papiers The Flinders
  4. ^ Aller à:f Registre des navires britanniques, Melbourne
  5. ^ Aller jusqu’à:b Winfield (2008) m, p. 269.
  6. ^ Aller jusqu’à:b Lloyd’s Register (1840) , Seq.№X7.]
  7. ^ Aller à:un b Australie circumnavigation La Société Hakluyt (2015), p.115.
  8. Jump up^ Le United Service Magazine: avec lequel sont incorporés le magazine Army and Navy et le Naval and Military Journal, partie 2(1831), p.221.
  9. ^ Aller à:e Winfield (2008), p.399.
  10. Jump up^ Flinders 1814, Vol. II, p. 96
  11. Jump up^ Christopher, P.& Cundell, N. (éditeurs), (2004),Allons pour une plongée, 50 ans du Club des explorateurs sous-marins de SA, publié parPeter Christopher, Kent Town, SA, pp.45- 49. Ceci décrit la recherche et la récupération des ancres par les membres du club des explorateurs sous-marins d’Australie-Méridionale
  12. Jump up^ Christopher, P.& Cundell, N. (éditeurs), (2004),Allons-y pour une plongée, 50 ans du Club des explorateurs sous-marins de SA, publié parPeter Christopher, Kent Town, SA, pp.48
  13. Sautez^ ‘ancre HM Sloop Investigator,’http://maritime.historysa.com.au/collections/exploration/hm-sloop-investigator-anchor, récupéré 16/07/2012.
  14. Jump up^ ancre de courant du navire de Matthew Flinders le «enquêteur»,Musée national de l’Australie
  15. ^ Aller à:un b . La correspondance, le capitaine Kent au secrétaire Amirauté William Marsden, le 13 Novembre 1805. Cité dans Bladen 1979, pp 729-730
  16. Aller^ ^ http://www.vnc.qld.edu.au/enviro/flinders/investig.htm- inconnu
  17. Aller^ Lloyd’s Register (1817), Seq.№X2.
  18. Aller^ Lloyd’s Register (1820), Seq. №X2.
  19. Aller en haut^ Lloyd’s Register (1830), Seq.№X4.
  20. Jump up^ LejournalArgus, Melbourne, 3 août 1853.

Leave a Comment