HMS York (1807)


Le HMS York était un navire de troisième rang de 74 canons de la Royal Navy , construit à Rotherhithe par la firme à contrat Samuel & Daniel Brent , et lancé le 7 juillet 1807. [1] Elle a servi pendant les guerres napoléoniennes , bien que est surtout connue pour son temps passé comme bateau de la prison . [la citation avait besoin ] Elle a été cassée en mars de 1854. [1]

Historique du service

Le HMS York était l’un des nombreux navires de guerre britanniques commandés après qu’ils en aient eu le plus besoin. Bien que les grandes batailles navales des guerres napoléoniennes aient déjà eu lieu au moment de son lancement, York a été employé sur quelques campagnes notables.

Après son lancement, York était sous le commandement du Capitaine Robert Barton, et comme membre de l’ escadre de Sir Samuel Hood , elle participa à l’occupation de Madère .

En 1809, York était à la gare de West India , et était impliqué dans la capture de la Martinique . En avril, un fort escadron français est arrivé aux Îles des Saintes , au sud de la Guadeloupe. Là ils ont été bloqués jusqu’au 14 avril, lorsqu’une force britannique commandée par le major-général Frederick Maitland et le capitaine Philip Beaver à Acasta aenvahi et capturé les îles. [2] York était parmi les navires navals qui ont partagé dans le produit de la capture des îles. [Note 1]

En juillet-août 1809, York fut impliqué dans les atterrissages désastreux à Walcheren . York était plus tard avec l’ escadre méditerranéenne au large de Toulon .

Le 17 décembre 1813, York capture Marie-Antoinette . [Note 2]

Destin

En 1819, York entra dans le port de Portsmouth , où elle fut dépouillée de ses mâts et de ses canons et transformée en navire de la prison. On se souvient mieux du HMS Yorkdans cet état, grâce à un dessin contemporain d’ Edward William Cooke , qui la montre entièrement convertie, et avec du linge au-dessus de ses ponts où les voiles auraient autrefois été. Elle aurait typiquement contenu environ 500 condamnés.

Après plusieurs années à ce service portuaire, elle fut finalement séparée en mars 1854 [1].

Notes, citations et références

Remarques
  1. Jump up^ L’agent de prix pour un certain nombre des navires impliqués, Henry Abbott, a fait faillite. En mai 1835, il y avait un paiement final d’un dividende de sa succession. Une part de première classe valait 10s2¾d; une part de sixième classe, celle d’un matelot ordinaire, valait 1d. Les parts de la septième classe (les hommes de la terre) et de la huitième classe (les garçons) étaient des fractions de cent, trop petites pour être payées. [3]
  2. Jump up^ Une part de première classe valait£230 8s 2d; une part de sixième classe valait £ 1 10s 1½d. [4]
Citations
  1. ^ Aller à:d Lavery, Navires de ligne, vol. 1, p. 188
  2. Sautez^ “No. 16262” . The London Gazette . 30 mai 1809. pp. 779-782.
  3. Sautez^ “No. 19255” . The London Gazette . 3 avril 1835. p. 643.
  4. Sautez^ “No. 16943” . The London Gazette . 8 octobre 1814. p. 2009
Les références
  • Le bateau de prison York au port de Portsmouth . PortCities London. Récupéré le 6 novembre 2008.
  • Andie Byrne, ” HMS York, construit en 1807 à Nelson Dock à Rotherhithe “, 18 août 2013, A Rotherhithe Blog. Récupéré le 29 novembre 2014.
  • Michael Phillips. York (74) (1807) . Les navires de Michael Phillips de la vieille marine. Récupéré le 6 novembre 2008.
  • Lavery, Brian (2003) Le vaisseau de ligne – Volume 1: Le développement de la flotte de combat 1650-1850. Conway Maritime Press. ISBN  0-85177-252-8 .

Leave a Comment